Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > CHERCHEURS > Francais > Les linguistes ou traducteurs du Coran > BOISLIVEAU Anne-Sylvie

BOISLIVEAU Anne-Sylvie

Anne Sylvie Boisliveau est docteure de l’Université de Provence en islamologie. Elle est chercheure associée à l’IREMAM. 

Anne-Sylvie Boisliveau est spécialiste du texte coranique et des débuts de l’islam.

Thèse de doctorat / PhD dissertation

« "Le Coran par lui-même". L’autoréférence dans le discours coranique. »
Doctorat en Etudes arabes (Islamologie), sous la direction de Denis GRIL, Université Aix-Marseille I - IREMAM.
Thèse soutenue en 2010, mention très honorable avec les félicitations du jury).
Jury

M. Michel CUYPERS, (IDEO, Le Caire)
M. Claude GILLIOT (Université de Provence, Aix-Marseille)
M. Denis GRIL, directeur de thèse (Université de Provence, Aix-Marseille)
Mme Angelika NEUWIRTH, (Freie Universität, Berlin)
M. Stefan WILD, (Rheinische Friedrich-Wilhelms-Universität, Bonn)
[M.A. AMIR-MOEZZI (EPHE, Paris) n’a pu être présent à cause d’une grève dans les transports.]

Résumé de la thèse

« Que dit le Coran sur lui-même ? » L’analyse du vocabulaire autoréférentiel (partie I) montre que le Coran se décrit lui-même comme Ecriture « façon judéo-chrétienne » qui représente un enjeu de communication auprès de l’auditeur/lecteur. L’argumentation autoréférentielle indirecte (partie II) est formée de trois stratégies renforcées par des procédés rhétoriques : les discours sur les actions de Dieu, les Ecritures antérieures et la fonction prophétique ; elle confère au Coran le monopole de l’autorité scripturaire – donc de la communication divine – et pousse l’auditeur/lecteur à une soumission décisive à cette autorité. L’analyse de l’évolution du discours autoréférentiel au long du développement chronologique du corpus coranique (partie III) met en évidence, au moyen de la différenciation entre un texte β commentant un texte α, comment l’essentiel du texte se construit pour soutenir une puissante autoréférence, laquelle ne viserait l’ensemble du texte qu’en dernière période.
Ph.D. dissertation (defended in 2010)

Dissertation title : “The Qur’ân on the Qur’ân : self-referentiality in the Qur’ânic speech”
Ph.D. in Arabic and Islamic Studies under the supervision of Prof. Denis GRIL (IREMAM, Aix-Marseille University, France).
Dissertation Abstract

The analysis of self-referential vocabulary (part I) shows that the Qur’ân describes itself as a Scripture “in a Judeo-Christian style”, of which the communicative function towards the listener/reader is stressed. The indirect self-referential argumentation (part II) is formed by three strategies strengthened by rhetorical means : the speeches on the actions of God, on previous Scriptures and on prophethood. This argumentation grants the Qur’ân the monopoly of scriptural authority – thus of divine communication – and pushes the listener into a decisive submission to such authority. The analysis of the evolution of the self-referential speech along the chronological development of the qur’anic corpus (part III) reveals, through the differentiation between a β text which comments on an α text, how the essential part of the text is built to support a strong self-referentiality – which might not have aimed at the whole text until the last period.

Répondre à cet article

Site réalisé avec SPIP | Squelette BeeSpip