Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > BIBLIOTHEQUE > Approche historico-critique > Ouvrages en français > Fāṭima et les filles de Mahomet (Henri LAMMENS)

Fāṭima et les filles de Mahomet (Henri LAMMENS)

LAMMENS (Henri), Fāṭima et les filles de Mahomet, notes critiques pour l’étude de la Sıra par Henri Lammens,…, Romae, Sumptibus Ponificii Instituti Biblici, ("Scripta Pontificii instituti biblici - Rome : Institut biblique pontifical, 1912-….")1912, VIII+170 p. Notes bibliogr. Index

L’auteur

Henri Lammens, jésuite belge, était un orientaliste spécialiste de la période du premier islam. Né à Gand, en Belgique flamande, il rejoint la Société de Jésus à Beyrouth à l’âge de quinze ans, et s’installe de façon permanente au Liban. Au cours de ses huit premières années, il s’attache à maîtriser la langue arabe, ainsi que le latin et le grec. Son premier travail de bourse d’études a été un dictionnaire d’usage de la langue arabe (1889). Il commença sa carrière d’orientaliste à l’Ecole d’études orientales au Collège des Jésuites en 1907. Il publia une série d’études sur les Omeyyades, la période pré-islamique en Arabie. Il contribua par de nombreux articles à la première édition de l’Encyclopédie de l’Islam, ainsi qu’à diverses revues savantes.

Avant propos (sans les notes de bas de page)

Cette monographie ouvre une série d’études détaillées que nous
nous proposons de consacrer inshâ’ allah à la Sïra et aux commencements de l’islam. Elle feront suite aux articles, publiés précédemment dans le Journal asiatique, dans les Recherches Paris, et dans le Bulletin de l’Institut égyptien du Caire, pendant les années 1910-11. Comme le présent travail, où les principales questions, relatives à la Sïra, se trouvent soulevées, elles permettront de juger la valeur documentaire de la primitive littérature musulmane.
Dans ces monographies nous ne perdrons pas de vue, que tout
comme le Corpus de la tradition musulmane, l’inspiration de la Sira
est d’abord exégétique. Dérivée en droiture du texte du Qoran, la Sira est destinée à lui servir de commentaire en action ; elle doit traduire, en anecdotes précises et pittoresques, les allusions les plus obscures, les sous-entendus les moins intelligibles des versets, faire la chasse à l’anonyme, à l’impersonnel, si déconcertants dans la lecture des sourates, partout, pour ainsi dire, apposer des plaques commémoratives, multiplier la mention des noms propres, les dates, si prudemment évités par Aboû’l Qâsim.

Exégétique au premier chef, la Sîra est ensuite doctrinale, mais
plus d’abandon, avec une affectation moins ostensible que dans la Tradition. Exégèse et doctrine, intelligence du "Livre d’Allah", on de h loi religieuse, du dogme, de la morale, de la liturgie enfin - si négligée par le Prophète - cette tâche multiple a seule préoccupé les premières générations islamiques. L’intérêt historique s’est développé plus tardivement, parallèlement avec le culte pour la personne d’Aboû’l Qàsim. Il s’agissait de découvrir une base à cette vénération, partant de connaître de plus près les faits et gestes du
Maître, de recueillir les souvenirs, les traces de son passage. A cette
évolution contribuèrent encore le contact avec les tributaires, en pos-
session d’annales religieuses, enfin les discussions politiques soulevées
par l’organisation de l’empire arabe : question du califat, droit aux
pensions etc.

Cette déclaration de principes laisse intacte la valeur objective,
attribuée aux traditions particulières de la période médinoise. Mais
même dans ces hadït, reconnus authentiques, sahïh, après examen,
l’intérêt historique se trouve primé par l’exégèse, l’édification et l’en-
seignement doctrinal. La présente étude permettra de s’en rendre
compte. Dans les monographies subséquentes nous tenterons de com-
pléter, et s’il se peut, d’achever la démonstration, inshâ’ allah !

Rome, Janvier 1912.

Table des matières

  • Les soeurs de Fâtima
  • Mariage de Fâtima
  • Premières années de mariage
  • Chef d’Etat Mahomet néglige Fâtima
  • Mahomet et les enfants de Fâtima
  • Les gens de la maison
  • Mahomet, les enfants de Zainab et Osâma. Dernières années du Prophète
  • Derniers jours de Fâtima
  • Mort de Fâtima, ses funérailles, sa tombe. Le deuil ches les anciens arabes et dans l’Islam
  • La descendance de Fâtima et des autres filles du Prophète
  • Conclusion (Gloire posthume de Fâtima)

Voir en ligne : lire l’ouvrage dans son intégralité (1912)

Répondre à cet article

Site réalisé avec SPIP | Squelette BeeSpip