Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Archive > Pierre Larcher : deux articles et une traduction (sept-dec. (...)

Pierre Larcher : deux articles et une traduction (sept-dec. 2012)

Deux articles

- Un cas de tératologie dérivationnelle en arabe ? Le verbe istakâna, Romano-Arabica New Series n°12, 55 Years of Arab Studies in Romania, p. 159-168, 2012.

- Jihâd et salâm. Guerre et paix dans l’islam, ou le point de vue du linguiste, dans Isabelle Chave (dir.) Faire la guerre, faire la paix. Approches sémantiques et ambiguïtés terminologiques, 136e congrès des sociétés historiques et scientifiques, Perpignan, 2011, p. 63-74. Paris : Editions du Comité des travaux historiques et scientifiques, collection Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques, 2012 (édition électronique).

(Source http://iremam.univ-provence.fr/spip.php?article22)

Ouvrage

- Le Brigand et l’Amant. Deux poèmes préislamiques de Ta’abbata Sharran et Imru’ al-Qays traduits de l’arabe et commentés, suivis des adaptations de Goethe et d’Armand Robin et de deux études sur celles-ci, La Bibliothèque Arabe, collection Les classiques, dirigée par André Miquel, professeur honoraire au Collège de France, 157p. Paris et Arles : Sindbad/Actes Sud, 2012

Presentation

A la différence du haïku japonais ou des rubâ’yyât d’Omar Khayyâm, le genre poétique de la qasîda, ou “ode arabe préislamique”, a rarement inspiré la poésie occidentale. Pierre Larcher met en rapport deux exceptions, deux poèmes de cette période, adaptés par Goethe et Armand Robin.
Le premier poème est de Ta’abbata Sharran, un des plus célèbres poètes-brigands de l’Anté-Islam. Connu très tôt en Occident à travers la Hamâsa, anthologie poétique d’Abû Tammâm (IXe siècle), il fut plusieurs fois traduit en latin et en allemand, avant d’être adapté par Goethe dans le Divan occidental-oriental.
Le second est un célèbre poème d’Imru’ al-Qays, traduit en français par Armand Robin d’après l’édition et la traduction en latin du Dîwân d’Imru’ al-Qays faites par De Slane, en 1837.
Pierre Larcher propose une traduction de ces deux poèmes, suivie d’une traduction juxtalinéaire de l’adaptation de Goethe, comparée à l’original arabe, et d’une étude sur la traduction de Robin.
La réunion de ces deux poèmes se veut une contribution à l’histoire de l’“orientalisme”, dont les deux faces – savante et littéraire – sont étroitement connectées, mais aussi à une meilleure connaissance de la poésie arabe préislamique. Ouvrage trilingue : français, allemand et arabe

(Source : http://www.actes-sud.fr/catalogue/litterature-etrangere/le-brigand-et-lamant)

Site réalisé avec SPIP | Squelette BeeSpip