Rechercher sur mehdi-azaiez.org

MOURAD A. Suleiman

MOURAD A. Suleiman

Accueil > Chercheurs/Institutions > Chercheur(e)s > Anglo-saxons > Les spécialistes d’auteurs ou d’oeuvres d’exégèse > MOURAD A. Suleiman

Eléments biographiques (texte de Suleiman A. Mourad)

Ma "Rihla fi al-Talab’ilm" (voyage dans l’apprentissage de la connaissance) a commencé au Liban à l’Université américaine de Beyrouth. Après trois ans d’errance dans le désert (diplômé en mathématiques, BS 1990), "j’ai vu la lumière" et j’ai rejoint le département d’histoire du Moyen-Orient pour étudier l’histoire (BA 1991, MA 1996). J’ai étudié avec Kamal Salibi (Histoire médiévale, moderne et pré-moderne du Moyen-Orient), avec Tarif Khalidi (la culture, l’histoire et la pensée religieuse islamique), avec Samir Seikaly (l’histoire intellectuelle et sociale, et la discipline de l’histoire du moyen orient moderne), et avec Abdul-Rahim Abu-Husayn (l’Histoire Ottomane pré-moderne du Liban). En 1996, je suis venu aux États-Unis pour travailler sur le doctorat à l’Université de Yale, où j’ai étudié le programme de base en arabe et en études islamiques : la philosophie et l’histoire intellectuelle (avec Dimitri Gutas), la langue arabe, la poésie et la grammaire (avec Béatrice Gruendler), le Coran, le Tafsir et la mystique (avec Gerhard Bowering). Je me suis également aventuré dans l’histoire du christianisme et du monachisme antique (avec Bentley Layton), l’histoire de la diaspora chrétienne (avec Wayne Meeks), le syriaque (avec Paul-Alain Beaulieu), le syriaque et l’historiographie des textes religieux (avec Walid Saleh), le persan (avec Fereshteh Amanat-Kowssar). Mes professeurs de l’AUB et Yale ont contribué à mon éducation universitaire. Je leur suis grandement redevable de m’avoir permis d’être un meilleur chercheur et enseignant. (traduction Mehdi AZAIEZ)

Son CV en ligne

Bibliographie sélective

- Early Islam between myth and history : Al-Ḥasan al-Baṣrī, d. 110H/728CE, and the formation of his legacy in classical Islamic scholarship, Brill, 2006. (compte rendu critique par Mathieu Tillier)