Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > BIBLIOTHEQUE > Approche littéraire > Ouvrages en français > Le Coran : aux sources de la parole oraculaire : Structures rythmiques des (...)

Le Coran : aux sources de la parole oraculaire : Structures rythmiques des sourates mecquoises (Pierre CRAPON DE CRAPONA)

CRAPON DE CRAPONA (Pierre), Le Coran : aux sources de la parole oraculaire : structure rythmiques des sourates mecquoises, Genève, Faculté des Lettres de l’Université de Genève, (N.C) p. ; Edité à Paris par les Publications Orientalistes de France sous le même titre, (« Arabiyya », 2), Paris, 1981, 682 p. ISBN 2-7169-0147-3

L’auteur

Pierre CRAPON DE CRAPONA est l’auteur d’une thèse unique en son genre s’intéressant aux structures rythmiques des sourates mecquoises. Sa mort prématurée qui suivit l’achèvement de ce travail l’empêcha de poursuivre son étude à l’ensemble du corpus coranique.

Présentation

A travers un choix de Sourates coraniques typiques, celles de la période mecquoise, l’auteur cherche à retrouver les mécanismes métriques et les modes de composition du livre sacré de l’Islam. Tout y est soumis à une analyse quantitative rigoureuse : strophes, modules, accents, syllabes, syllabes longues, voyelles longues, unités d’isochronie, pauses et rimes. A partir de ces données, l’auteur débouche sur des conclusions osées [1], mais d’autant plus séduisantes pour quiconque voudrait redécouvrir les richesses littéraires et spirituelles inépuisables du Coran. (Simon Jargy, préfacier p. III)

Table des matières (non détaillée)

- Première partie - La civilisation de la Parole
- Deuxième partie Mahomet envoyé d’Allah
- Troisième partie - Les bases de la critique coranique

- Quatrième partie - Analyse métrique des sourates simples
- Cinquième partie - les sourates doubles
- Sixième partie - les sourates polymétriques
- Septième partie - Une parole civilisatrice

Notes

[1"La complexité des structures exclut une composition consciente de Mahomet. C’est pourquoi nous sommes en faveur de ranger cette hymnologie dans une catégorie que nous définirions comme transpersonnelle" (Pierre Crapon de Crapona, Le Coran : aux sources de la parole oraculaire, p. 557.)

Répondre à cet article

Site réalisé avec SPIP | Squelette BeeSpip